Angers dans la top 10 des villes qui embauchent le plus ?

C’est en tout cas l’avis d’un acteur digital de l’emploi, Hellowork, qui a réalisé une étude sur les performances des marchés du travail des villes moyennes.


Sous l’effet de la crise, la répartition des emplois disponibles sur les territoires vampirisés par les grandes métropoles se seraient rééquilibrés au profit des pôles moyens. Un effet d’aubaine dont auraient profité des agglomérations moins tentaculaires comme Angers ou Cholet.

Toutes deux figurent d’ailleurs dans le top 10 des espaces urbains répertoriés dans cette catégorie où le nombre d’emplois créés depuis le début de l’année 2021 serait sur une pente très positive (un classement dressé par HelloWork., un acteur de l’emploi, du recrutement et de la formation en France).
La capitale angevine y pointe à la huitième place, devant l’agglo d’Annecy et derrière Paris-Saclay. Celles des Mauges fait encore mieux puisqu’on la retrouve sur le podium (3ème), entre Vannes et le Grand Dijon.

Selon le directeur délégué de Hellowork, ces bons résultats pourraient traduire les prémices d’un démétropolisation progressive des emplois vers des espaces urbains moins denses. Un phénomène encore peu sensible, dont des villes comme Angers et Cholet, « ni trop petites, ni trop grandes » seraient les bénéficiaires, si d’aventure cette tendance devait se confirmer au cours des prochains mois.

Est-ce le signe tangible d’une déconcentration de l’emploi ? Paris, on le sait, n’a plus guère la cote depuis plusieurs années auprès des actifs, rebutés par le coût prohibitif de l’immobilier et le rythme infernal de la vie professionnelle. Un sentiment de rejet qui s’est amplifié pendant la crise sanitaire, en raison des confinements successifs à l’origine de la généralisation du télétravail. Or, si la demande s’en va, une partie de l’offre ne pourra que suivre.

La baisse constatée des embauches dans les métropoles n’est « pas uniquement parisienne puisque hors Paris, la part des neuf plus grandes ville de France se replie également de 2 points » confirme Hellowork.
Les 10 premières villes moyennes répertoriées dans ce palmarès représenteraient aujourd’hui 7 % des offres en CDI et CDD (contre 5 %en 2020 ) et 8 % des opportunités de recrutements en intérim (contre 7 % l’an dernier).

Dans le grand ouest, le territoire des Pays de la Loire apparaît comme la troisième région la plus dynamique de France sur le front de l’emploi : 10 % des offres françaises y sont comptabilisées. Seules l’Auvergne-Rhône-Alpes (17 % des offres) et l’Île de France (16 %) font mieux.

Post author

Journaliste de formation, j'occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre. Je peux justifier d'une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l'Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse