Angers Télé : le directeur s’en va

Olivier Hamon, nommé directeur de la chaîne lors de son lancement en 2013, quitte son poste dans un lourd climat d’incertitudes liées au futur financement du média audiovisuel.

Qui va injecter de l’argent dans Angers télé ? Aujourd’hui, c’est la Ville et l’Agglo qui mettent la main à la poche pour soutenir ce support audiovisuel lancé en février 2013 par la municipalité précédente alors dirigée par le socialiste Frédéric Béatse. A l’époque, les élus ne s’attendaient sans doute pas à un gros retour sur investissement, y compris dans l’hypothèse où les objectifs d’audience seraient atteints.

Bientôt une nouvelle direction

Lundi dernier, lors d’un conseil d’agglo, le nouveau maire d’Angers Christophe Béchu a évoqué « des recettes commerciales dix fois inférieures à celles qui étaient initialement escomptées ». Des mauvais résultats qui, selon lui, doivent conduire à une refonte du modèle économique de la chaîne abondée aujourd’hui par des crédits publics à hauteur de 57% du capital. L’essentiel du budget d’Angers télé est alimenté par les apports combinés de la Ville (400 000 euros) et de la métropole (300 000).

En interne, les salariés d’Angers Télé avaient, il est vrai, tout à craindre de l’élection de Christophe Béchu qui avait refusé d’engager les fonds du Conseil général dans le projet, et fait part, durant la campagne des municipales, de ses doutes sur la viabilité financière du nouvel outil audiovisuel. Dans un contexte budgétaire tendu lié à la baisse des dotations d’Etat aux collectivités locales, l’équipe de Christophe Béchu a annoncé son intention de serrer le robinet des subventions, et d’ouvrir le capital à de nouveaux partenaires privés. Lesquels, on s’en doute, ne se pressent pas au portillon d’une affaire qui n’a jamais atteint son seuil de rentabilité.
Ce mardi, le conseil d’administration d’Angers Télé se réunit pour parler chiffres et annoncer le départ de son directeur, Olivier Hamon.

Post author

Journaliste de formation, j’occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre.
Je peux justifier d’une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l’Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse