Angers-SCO : le chantier de la nouvelle tribune retardé

Le parking souterrain initialement prévu dans le projet va être abandonné en raison des risques d’infiltration d’eau.

Depuis le début de la saison, les supporters du SCO présents au stade Raymond-Kopa jettent un œil par-delà la grande bâche déployée sur la barrière qui sépare le terrain de l’ancienne tribune latérale Saint-Léonard, démontée l’été dernier. Or ,sur ce site où doit être érigée une nouvelle infrastructure de 5 200 places assises, rien ne semble se passer : pas de bulldozer, pas de grue…bref, pas de chantier d’envergure, du moins en apparence. Assurément, le programme, estimé à quelque 20 millions d’euros, a pris du retard, et le club a dû s’en expliquer jeudi pour faire taire les mauvaises langues : le stade Raymond-Kopa sera bien reconfiguré à l’échéance prévue, soit pour le début de la saison 2021-22, dans un peu plus d’un an et demi. Avec, toutefois, un ajustement de taille dans la réalisation du projet. Le parking souterrain, qui devait être aménagé sous la future tribune, ne sera pas réalisé. Un modèle en hauteur, plus classique lui sera préférée.

Problème d’étanchéité

Les raisons de ce changement ne sont pas financières mais techniques : l’importante charge hydraulique mesurée dans le sol aurait, selon la direction d’Angers-SCO, compliqué l’ouvrage et nécessité trop de moyens « pour assurer une parfaite étanchéité ». Le constat relevé par des capteurs piézométriques a, en effet, « laissé apparaître avec le temps une montée du niveau de ces eaux souterraines » ajoute le communiqué d’Angers SCO. Il n’apporte, en revanche, aucune précision sur la localisation du parking aérien, signalant que « des études vont être reprises » afin d’en déterminer l’emplacement et définir les contours de cette solution alternative.
A l’issue de cette nouvelle procédure technique, le chantier pourra réellement démarrer, sans doute en janvier prochain, avec trois à quatre mois de décalage par rapport au premier calendrier. Un retard que le club tient à relativiser : « le sous-sol initial qui nécessitait 6 semaines de chantier ne sera plus à réaliser » argumente-t-il. La livraison de l’équipement reste donc fixée à la date prévue.
Reliée par des virages à aux gradins Coubertin et Colombier, la nouvelle tribune ne sera « que » la partie visible d’un bâtiment plus vaste où seront aménagés des bureaux, des espaces de réunion, deux amphithéâtres, un restaurant et une boutique de sport. Les vestiaires et l’espace presse, actuellement installés dans l’autre tribunal latérale (Jean-Bouin) y seront également transférés.

Post author

Laisser une réponse