Angers SCO, l’éternelle équation

Le club entame sa troisième saison d’affilée en Ligue 1 avec la même inconnue à résoudre : comment survivre à long terme avec une équipe remaniée chaque saison, faute d’un budget suffisant pour retenir ses cadres ?



Au classement financier, Angers restera relégable cette saison mais abandonne sa place de lanterne rouge à Amiens qui étrennera son premier exercice en Ligue 1 avec un budget ficelé  à 22 millions d’euros, le plus faible du championnat. Dans les vestiaires, un nouveau schéma tactique semble se dessiner sur le tableau noir de Stéphane Moulin : Cheikh N’Doye parti en Angleterre, le SCO repart sur des bases inédites dans son entrejeu axé depuis 2015 sur la force tranquille incarnée par le géant sénégalais. Au cœur du rouage angevin déjà animé par Thomas Mangani (s’il reste mais une prolongation jusqu’en 2020 serait en bonne voie), s’annonce, au poste près, une rude concurrence entre l’ancien bastiais Lassana Coulibaly (21 ans), sélectionné en 2016 dans l’équipe nationale malienne, Loïc Puyo (28 ans) arrivé de Nancy le 12 juillet dernier et l’ex-valenciennois Angelo Fulgini (20 ans)

Sur le front de l’attaque, Stéphane Moulin palliera les départs juteux de Famara Diedhiou vers Bristol (6 millions d’euros), et surtout de Nicolas Pépé à Lille (10 millions d’euros) par une nouvelle triplette constituée du belge Baptiste Guillaume, auteur de 9 buts l’an dernier avec Strasbourg (+ 2 lors de la campagne des matchs amicaux), d’Enzo Crivelli, 22 ans, prêté en 2016 par Bordeaux au SC Bastia où il a scoré 8 fois, et du néo-parisien Wilfried Kanga (21 ans), finaliste de la Youth League en 2016 avec les jeunes du PSG où figuraient, entre autres pointures en devenir, Jean-Kévin Augustin et Odsonne Edouard.

Ciss pour renforcer la défense

En défense, le SCO enregistre l’arrivée d’un autre international africain, le sénégalais Aliou Ciss (27 ans), un latéral pur jus, souvent positionné côté gauche et volontiers buteur (8 réalisations avec Valenciennes la saison dernière). Dans l’animation offensive, le coach angevin espère s’appuyer sur l’expérience de Karl Toko Ekambi, longtemps courtisé par Rennes, et Billy Kekteophomphone, dont le retour en Ligue 1 est attendu dans les prochaines semaines, après une rupture des ligaments croisés qui l’a tenu éloigné des terrains pendant près d’un an.

Quel sera l’objectif du SCO d’ici à l’été 2018 ? Eviter les trois dernières places au classement et , si possible, jouer les trouble-fêtes dans les compétitions à élimination directe : a priori, l’effectif un peu plus étoffé dont disposera Moulin cette saison pourrait lui permettre de remplir ce double-objectif soumis à de nombreux aléas et impondérables. Surprenant 9ème en 2016 dès sa remontée au sein de l’élite, Angers a baissé de trois crans la saison suivante (12ème), une déception très relative au regard des possibilités financières du club et, de surcroît, largement compensée par son parcours historique en Coupe de France.

« On n’a plus les mêmes joueurs, mais on sait très bien que ça sera encore comme ça la saison prochaine, comme ça l’a été l’année précédente… On sait qu’on est un club amené à subir beaucoup de changements saison après saison, surtout quand les résultats sont corrects  » a commenté, lucide, Stéphane Moulin, bien conscient que l’avenir de son équipe au plus haut niveau se joue dans la capacité de ses dirigeants à tirer les meilleures cartes lors du mercato d’été. Et s’en remettre ensuite à la providence pour que la potion prenne vite et bien.

Bilan des matchs amicaux :

SO Cholet (N1)- Angers : 1-1

US Orléans (L2)-Angers : 2-0

Angers-Tours (L2) : 1-0

SC Braga (D1, Liga NOS) –Angers : 0-2

Rio Ave FC (D1, Liga NOS)- Angers: 0-1

Angers – SM Caen (L1) : 1-0