Les prix de l’immobilier en hausse à Angers (+0,3%)

Avec Lyon et Bordeaux, Angers fait figure d’exception dans un marché national en forte déflation.

Où en est le marché de l’immobilier en France ? Après deux ans de ralentissement, la tendance négative se poursuit en 2014, sauf dans trois villes, Bordeaux, Lyon et Angers.

Selon une étude publiée par les Notaires de France, les contrats signés et les promesses de vente dans l’ancien sont, à fin septembre 2014, en recul de -1,9% pour les appartements, et de -0,1% pour les maisons. Selon d’autres estimations, la dégradation s’est même amplifiée au quatrième trimestre (-2% pour les appartements et -1,3% pour les maisons).

1 830 € le m² à Angers

Au-delà des transactions, c’est l’évolution des prix qui inquiète les professionnels : entre -3 et -5% dans les grosses villes mais jusqu’à -15% dans les zones rurales. Seules trois villes échappent à cette tendance : Bordeaux où les prix ont bondi de +6% en 2014 portant le prix médian au m² à 3 080 euros. La hausse a été plus modérée à Lyon (+0,1%) où le coût du logement reste un des plus élevés de France (3 300 euros en moyenne par m²). Angers boxe dans une autre catégorie (1 830 €) mais semble échapper à la morosité générale (+0,3%).

A Nantes et Rennes, les prix ont respectivement reculé de -0,1% et -1,2%, avec un prix médian passé à 2 560 euros pour le première, et à 2 320 euros pour la seconde.