Angers : Béchu ne « soutient plus » François Fillon

Dans un communiqué signé avec ses homologues de Châlons-en-Champagne et du Havre, le maire d’Angers a annoncé dès jeudi qu’il se retire de la campagne conduite par le candidat LR François Fillon toujours engagé dans la course à la présidentielle malgré les soupçons d’emplois fictifs qui pèsent sur son épouse Penelope et leurs deux enfants.

bechu

Il avait soutenu Alain Juppé lors des primaires de la droite et verrait sans doute d’un bon œil le retour de son Mentor sur le devant de scène de l’élection présidentielle: jeudi, le sénateur-maire d’Angers Christophe Béchu s’est désengagé de la campagne de François Fillon, pris dans une tornade judiciaire et médiatique après les révélations du Canard Enchaîné sur les emplois présumés fictifs de son épouse et de deux de leurs enfants, employés comme assistants parlementaires dans les années 2000. Dans un communiqué signé avec le député-maire de Châlons-en-Champagne Benoist Apparu et celui du Havre Edouard Philippe, l’élu angevin dénonce, sans les citer directement, les dernières attaques proférées par le candidat de la droite à l’encontre de l’autorité judiciaire dont il estime qu’elle a commis un « assassinat politique » visant à l’écarter de la course à l’Elysée.

Contraire à sa vision de la politique

Des propos inacceptables pour Christophe Béchu alors que se profile dimanche à Paris un rassemblement de soutien à François Fillon présenté par certains militants de la base comme une « marche contre le coup d’Etat des juges ». Pour le sénateur-maire, « la tournure que prend aujourd’hui la campagne (lui) paraît incompatible avec (sa) façon d’envisager l’engagement politique », lequel consiste à « œuvrer tous les jours à convaincre (ses) concitoyens de la nécessité de respecter nos institutions, et à construire dans le temps une crédibilité et une confiance sans lesquelles il ne peut y avoir de gouvernement efficace et durable ».
Dans la droite ligne de Bruno Le Maire qui a quitté la garde rapprochée de François Fillon dès mercredi, Béchu, Apparu et Philippe affirment ne plus être en mesure de soutenir le candidat LR : « nous nous retirons de sa campagne. Nous continuerons à nous battre pour nos idées, en appelant chacun à ses responsabilités ».
Mercredi, c’est le mouvement centriste UDI qui avait retiré son soutien à François Fillon.

Post author

Laisser une réponse